Vous êtes dans : Accueil > Mieux connaître l'hôpital > Présentation générale > Histoire et évolution > 1970 : une seconde mutation, la sectorisation

1970 : une seconde mutation, la sectorisation

A partir de 1970, l’hôpital devient un véritable lieu de soins. Le texte de 1960 est appliqué, ainsi le secteur est une aire géographique déterminée en fonction de sa population, de ses liaisons comme les axes de circulation. L’hôpital psychiatrique de Pau ne peut correctement desservir l’ouest du département : le centre hospitalier de Bayonne commence donc à s’occuper de psychiatrie.

Le 2 février 1973, le département passe convention avec le centre hospitalier spécialisé de Pau. Le règlement départemental définit huit secteurs de psychiatrie générale adulte, trois axés sur Bayonne, cinq axés sur Pau, ainsi que trois intersecteurs de psychiatrie infanto-juvénile, un axé sur Bayonne, deux axés sur Pau.

Entre temps, la loi du 31 décembre 1970, portant réforme hospitalière, met fin à la différenciation juridique et administrative des divers hôpitaux. Ainsi, le 19 novembre 1976, l’hôpital psychiatrique est nommé centre hospitalier spécialisé.

Le domaine du centre hospitalier spécialisé comprend une trentaine de pavillons, des équipements nécessaires à la thérapeutique (cafétéria, boutique, piscine, salons de coiffure et d’esthéticienne, fronton, terrain de sports, ateliers de réadaptation, etc.). Cinq pavillons, dont l’hôtellerie, sont construits sur la base de petits groupes autonomes (six malades au maximum). Cette innovation résulte de l’expérience faite chez les enfants où un pavillon, « Le village », est conçu pour des petits groupes. Certains pavillons anciens sont démolis. Les activités extra-muros deviennent prioritaires.

Ainsi, des consultations en dispensaire sont implantées dans 18 agglomérations, des adultes et des enfants bénéficient de visites à domiciles et de soins divers. Les hospitalisations de jour pour enfants à Pau nécessitent des transports bi-journaliers dans les régions de Pau, Oloron et les environs.

Haut de page